Quel est l’objectif de la liste de contrôle des tests de pénétration ?

Les tests de pénétration sont un outil efficace et largement adopté pour déterminer les failles de sécurité dans l’infrastructure informatique d’une entreprise. Il s’agit d’évaluer les vulnérabilités en piratant de manière éthique des systèmes, des réseaux ou des applications. L’évaluation se déroule en émulant une attaque afin de projeter la manière dont un véritable pirate informatique agirait.

Il est mis en œuvre à l’aide d’une liste de contrôle des tests de pénétration de l’infrastructure, ou par l’intermédiaire d’un fournisseur de services de sécurité gérés. Le pentesting permet d’atténuer les menaces de cybersécurité et de s’assurer qu’une attaque réelle ne peut pas compromettre vos données. Découvrez quel est l’objectif d’une liste de contrôle des tests de pénétration ainsi que ces différents types.

A découvrir également : 6 façons efficaces d'éviter les cyberattaques en naviguant sur le web

Qu’est-ce qu’une liste de contrôle pour les tests de pénétrations ?

Une liste de contrôle pour les tests de pénétration sert de base à la réalisation d’évaluations approfondies de la sécurité. Elle décrit les objectifs spécifiques, la portée et les buts du test, en veillant à ce qu’aucun domaine critique ne soit négligé. Elle aide à identifier les vulnérabilités, à en évaluer l’impact et à hiérarchiser les mesures correctives.

Une liste de contrôle des tests de pénétration favorise une meilleure communication entre les parties prenantes. Elle permet de communiquer efficacement le processus de test, les objectifs et les résultats, ce qui favorise la collaboration et la compréhension.

A lire également : L'importance capitale des mises à jour régulières des logiciels pour renforcer la sécurité en ligne

Types de listes de contrôle pour les tests d’intrusion dans les infrastructures

Lors de l’élaboration d’une liste de contrôle pour les tests de pénétration dans l’infrastructure, il est essentiel de concevoir les efforts de test de manière à identifier le plus grand nombre possible de failles de sécurité. Pour un retour sur investissement maximal des tests d’intrusion, les listes de contrôle des tests de pénétrations dans l’infrastructure doivent tenter de simuler les pires scénarios d’attaque possibles. À cet effet, il existe trois principaux types de tests d’intrusion à prendre en compte lors de la planification :

  • Test de pénétration de l’infrastructure interne
  • Tests de pénétration d’infrastructures externes
  • Tests de pénétration d’infrastructures hybrides

La consultation d’un partenaire de test de pénétration sur les meilleures utilisations des listes de contrôle de test de pénétration de l’infrastructure guidera votre mise en œuvre et renforcera votre posture de sécurité globale.

Il est également essentiel d’avoir des mesures de sécurités en place telles que des antivirus pour améliorer la sécurité de votre système informatique. Les meilleurs antivirus comme ceux listés ici protègeront vos données et ceux de vos clients. Ils dissuaderont la pénétration d’une personne non autorisée dans votre réseau.

1. Liste de contrôle des tests de pénétration externes

Les tests de pénétration externes simulent des attaques menées par des personnes extérieures qui ont une connaissance limitée ou inexistante de votre infrastructure informatique interne. Ce manque de connaissance a donné lieu à l’utilisation du terme « boîte noire » pour décrire ces tentatives de piratage éthique. Ils peuvent être effectué à l’aide de logiciel de pentesting.

Un test de pénétration externe robuste garantit que le testeur ne dispose d’aucune information contextuelle spécifique sur les systèmes, les réseaux ou les applications de votre organisation lorsqu’il simule une attaque. Ces tests sont particulièrement efficaces pour prédire comment un acteur inconnu pourrait se comporter lorsqu’il cible vos systèmes – un scénario d’attaque probable pour beaucoup.

La liste de contrôle d’un pentest d’infrastructure qui optimise les pentests externes devrait comprendre les éléments suivants :

  1. Sources d’information – Informations générales sur les cibles à tester :
  • Adresses IP des réseaux cibles ou des composants du système
  • Informations de source ouverte sur la cible (par exemple, à partir de sources Internet)
  1. Inventaire des défenses périmétriques – Infrastructure de sécurité à contourner :
  • Pare-feu et routeurs
  • Mécanismes de contrôle d’accès
  • Mécanismes de réponse aux incidents
  1. Protocoles de réponse aux incidents – Mécanismes mis en place pour atténuer les attaques :
  • Systèmes ou réseaux qui répondent aux tentatives d’intrusion du pentester externe.
  • La résilience des cyberdéfenses de l’infrastructure, telles que les réseaux protégés par un pare-feu.
  1. Les réseaux et les systèmes qui sont faciles à pénétrer.

La liste de contrôle complète des tests d’intrusion dans l’infrastructure améliorera l’efficacité des tests d’intrusion et permettra d’identifier les vulnérabilités critiques de votre infrastructure de cybersécurité.

2.  Liste de contrôle des tests de pénétration internes

Contrairement aux tests de pénétration externes qui sont menés avec une connaissance limitée de l’infrastructure d’une organisation, les tests de pénétration internes fournissent à un testeur des informations internes sur l’infrastructure de sécurité existante ou l’accès à certains systèmes. Ces informations sont négociées avec le testeur avant l’évaluation et visent à simuler une attaque de l’intérieur (c’est-à-dire d’un employé). Contrairement aux tentatives externes, les tests de pénétration internes sont qualifiés de « boîte blanche ».

Une liste de contrôle des tests de sécurité de l’infrastructure pour les tests de pénétration internes devrait comprendre les éléments suivants

  1. Liste des vulnérabilités existantes – Les composants de l’infrastructure doivent être évalués afin d’identifier les vulnérabilités connues, notamment :
    • Les vulnérabilités des applications web (par exemple, défaillances cryptographiques, injection SQL)
    • Vulnérabilités du réseau (par exemple, répertoires de fichiers incorrects, mauvaises configurations de sécurité).
  2. Inventaire de l’infrastructure informatique – Une liste actualisée de tous les actifs numériques de l’infrastructure de votre organisation qui peuvent être ciblés par les cybercriminels, notamment :
    • Les dispositifs matériels (par exemple, les serveurs physiques, les postes de travail, les ordinateurs de bureau)
    • Réseaux (hébergés en interne et en externe)
    • Les dispositifs IOT (par exemple, les imprimantes, les thermostats)
    • Sources de données (par exemple, données de réseau et d’application).
  3. Mécanismes de reporting – L’équipe de pentesting interne doit recevoir des conseils clairs sur la manière de :
    • Compiler les résultats du test de pénétration
    • Fournir une analyse détaillée des failles de sécurité
    • Recommander des changements pour remédier aux vulnérabilités identifiées.

Un test de pénétration interne bien conçu aidera à relever les défis critiques de la sécurité de votre infrastructure lorsqu’il est guidé par une liste de contrôle de test de pénétration de l’infrastructure.

3. Liste de contrôle des tests de pénétration hybrides

Les tests d’intrusion hybrides combinent des éléments de tests d’intrusion internes et externes et permettent de mieux comprendre les lacunes et les vulnérabilités de votre infrastructure de cybersécurité. Souvent, ces tests commencent comme des tests externes et se poursuivent comme des tests internes. Ils peuvent utiliser diverses caractéristiques des deux méthodologies dans n’importe quel ordre pour simuler une attaque à long terme ou sur plusieurs fronts. Les pentests hybrides sont donc appelés « boîte grise ».

La liste de contrôle d’un test de pénétration d’une infrastructure hybride devrait comprendre les éléments suivants :

  1. L’évaluation des contrôles de sécurité internes et externes, y compris les contrôles d’authentification :
  • Contrôles d’authentification
  • Contrôles de gestion des identités et des accès
  • Contrôles de sécurité du réseau
  1. Un cadre permettant d’identifier les lacunes en matière de conformité avec les cadres réglementaires qui exigent des contrôles de sécurité robustes, notamment :
  • HIPAA
  • PCI DSS
  • HITRUST CSF

ARTICLES LIÉS