Faire crédit pour un PC : les risques

L’ordinateur portable fait partie des éléments les plus indispensables notamment pour un étudiant. C’est un outil grâce auquel ce dernier peut organiser ses cours, prendre des notes, faire des recherches et réaliser ses exposés. Pendant que certains étudiants s’en acquièrent avec des fonds propres, d’autres par contre manquent de financement pour le faire.

Ainsi, ils se tournent vers un crédit affecté qui nécessite un remboursement sur une période donnée, après acquisition. Cependant, cette possibilité d’achat présente d’énormes risques. Quels sont alors les risques encourus par le bénéficiaire dans ce cas ? Faisons tout d’abord un zoom sur le crédit affecté.

A découvrir également : Comment synchroniser Sharepoint avec OneDrive ?

Bon à savoir

Le crédit affecté est un crédit à la consommation à travers lequel le prêteur (une banque ou un organisme) finance l’acquisition d’un service ou d’un bien. Après obtention de ce type de crédit, le bénéficiaire ne doit pas s’en servir pour payer un bien autre que celui préalablement défini, un PC par exemple. Il est important de préciser que le crédit affecté respecte strictement les règles du crédit à la consommation.

En effet, ce dernier, sauf dans certains cas spécifiques, ne peut excéder 75 000 €. Le montant minimal quant à lui est de 200 euros. Une fois le montant requis pour l’achat acquis, la période de remboursement est d’au moins 3 mois et commence toujours dès la fourniture de la prestation ou dès la livraison du bien.

A lire en complément : Comment telecharger un document Word ?

Le crédit à la consommation se doit de respecter toutes les dispositions protectrices établies par le code de la consommation. Il s’agit entre autres du devoir d’explication, de l’information préalable, du droit de rétractation et de la vérification de la solvabilité. Quoi qu’il en soit, plusieurs risques sont liés à ce type de crédit s’il est destiné notamment à l’achat d’un PC.

Découvrons quelques exemples dans la suite de cet article.

Défaillance dans le remboursement

L’octroi d’un crédit en général et celui destiné à l’achat d’un PC en particulier se conclut sur la signature d’un engagement. Ce document n’est rien d’autre que le contrat entre le prêteur et l’emprunteur dont les termes engagent chacune des deux parties.

En effet, le contrat ne tolère qu’une défaillance dans le remboursement en cas de situations imprévisibles. Il peut s’agir d’une maladie, de la perte d’un emploi ou de tout autre accident de la vie. Le cas échéant, l’emprunteur, sur présentation d’un justificatif, pourrait bénéficier d’un délai de grâce.

La défaillance dans la solde du crédit est alors un risque encouru après obtention du crédit pour un PC. Lorsqu’elle survient, sans motif valable, l’emprunteur est exposé à des pénalités. Il doit d’ailleurs savoir que les garanties relatives à la souscription ne constituent pas une couverture pour tous les risques. Dès lors, une gestion minutieuse de son budget s’impose à soi au risque d’avoir à gérer des contentieux avec le prêteur.

Le surendettement

Les risques de surendettement constituent l’un des plus importants risques à ne pas négliger notamment dans le cadre d’un crédit pour PC. En réalité, une personne se trouve en situation de surendettement lorsqu’il est dans l’incapacité d’honorer ses échéances.

Pour limiter ce risque et jouir pleinement de son crédit pour PC, il est recommandé de ne pas dépasser le ratio des dettes sur ses revenus, soit 30%. Aucune norme ne l’exige, cependant cette règle détermine un niveau maximum d’endettement admis par la plupart des prêteurs.

S’il s’agit d’un étudiant qui envisagez d’acheter le pc à partir d’un crédit, il doit nécessairement considérer ses allocations mensuelles en fonction desquelles il fera le choix du PC. Autrement, l’appareil à acheter ne doit pas être trop onéreux, mais serviable. Par ailleurs, reste à savoir si un crédit personnel n’avait pas été fait.

Détérioration du PC

La plupart des appareils électroniques sont exposés à des risques de détérioration. C’est une variable à ne pas exclure lors de l’acquisition du crédit pour un PC. Dès lors, il revient à l’emprunteur dans ce cas de veiller à la qualité du PC afin que ce dernier résiste plus longtemps.

En somme, faire un crédit pour un PC n’est pas mauvais en soi. Pour éviter les risques et pallier les imprévus, il est préférable de recourir à une assurance.

ARTICLES LIÉS